Projets

IBM Systems/360 Model 40

Déménagement de la collection du centre de calcul de l'EPFL

Début avril 2019, le Musée Bolo a été contacté par la Vice-Présidence de l'EPFL afin de libérer un local contenant la collection du centre de calcul de l'EPFL, véritable témoignage de l'évolution des ressources informatiques à disposition des scientifiques de l'école à travers le temps.

Local EPFL avant déménagement
Local de l'EPFL contenant la collection des machines historiques du centre de calcul de l'école.

Historiquement, cette collection a débuté avec les vieux ordinateurs du Centre de Calcul Électronique (C.C.E.) de l'EPUL (École Polytechnique de l'Université de Lausanne) ouvert en 1958. Année après année chaque responsable informatique du Centre de Calcul, puis du SIC (Service Informatique Central), puis du DIT (Département IT) et enfin de la VPSI (Vice-présidence pour les systèmes d'information) de l'EPFL sauvegardait de la benne les ordinateurs qui avaient une histoire informatique. C'est d'ailleurs dans cette collection que l'on a pu retrouver la Cora 1, machine développée dès la fin des années 50 sur un mandat de l'Armée suisse, via la société Contraves et l'un des tout premiers prototypes d'ordinateurs suisses.

Peter Toth redécouvre la Cora 1
En compagnie de Yves Bolognini, Peter Toth redécouvre une Cora 1 oubliée dans les sous-sols de l'EPFL. - (Capture d'écran de la vidéo tournée à l'occasion de cette rencontre)

Cette nouvelle collection, baptisée Centre de Calcul/EPFL, contient des pièces d'exceptions dont un IBM System/360 Model 40 (composé d'une IBM 2401 Magnetic Tape Unit, d'une IBM 2040-F Central Processing Unit, d'une IBM 2314 Direct Access Storage Facility...) mais aussi un lecteur de bande magnetique Control Data Corporation (CDC).

IBM Systems/360 Model 40
Le IBM Systems/360 Model 40 de la collection Centre de Calcul/EPFL
Lecteur de bande magnétique Control Data Corporation (CDC)
Le lecteur de bande magnétique Control Data Corporation (CDC) de la collection Centre de Calcul/EPFL.

Dans la moiteur de la canicule qui touchait l'Europe en ce mois de juin, nos bénévoles ont travaillé d'arrache-pied pour parvenir à créer de l'espace dans notre local de Chavannes-près-Renens en amenant des pièces à notre local de stockage de l'Avenue Louis-Ruchonnet à Lausanne. Ainsi, la collection André Heitz DEC/PDP a dû être déplacée en partie à Ruchonnet afin de pouvoir accueillir les très grandes pièces de cette collection Centre de Calcul/EPFL.

Parallèlement, afin de rendre le déménagement du local de l'EPFL plus simple, il a fallu trier, regrouper et ranger les différents objets. Pour les objets les moins encombrants, nous avons pu en mettre certains sur les fameuses palettes/caisses CFF.

Mise en palette des petits objets de la collection Centre de Calcul de l'EPFL
Afin de faciliter le transport, nous avons mis les petits objets dans des palettes/caisses CFF.
Mini-ordinateurs et palettes
Les bénévoles palettisent les petits objets, sous le regard des mini-ordinateurs.

Pour les très grosses pièces et les palettes, nous avons pu faire appel à la société Prodemco S.A. dont l'intervention était financée par l'EPFL.

Prodemco charge l'IBM System/360
Prodemco charge un morceau de l'IBM System/360

Après plus de 250 heures de travail investi par les bénévoles de l'association des amis du Musée Bolo, le local est enfin vide.

Le local de l'EPFL qui stockait autrefois la collection du Centre de Calcul
Le local de l'EPFL qui stockait autrefois la collection du Centre de Calcul après le déménagement.

Pour terminer cet article, quelques photos supplémentaires de cette aventure.


Cataracte du tube cathodique

Dans les collections du Musée Bolo, nous avons des écrans qui souffrent d’un mal bien étrange dont on ignore tout. On l’appelle «cataracte du tube cathodique», il s’agit d’une dégradation de la colle entre le tube cathodique et le verre de protection.

Son origine est une énigme!

  • Est-ce que cette maladie est contagieuse?
  • Est-ce qu'on peut la traiter?
  • D’où vient ce mal étrange?

Noémie Nydegger
Noémie Nydegger

Noémie Nydegger, qui suit le cursus de conservation-restauration de la haute école ARC de Neuchâtel, a décidé de fournir les réponses à ces questions et d’étudier ce type de dégradation. Notre première stagiaire effectue son projet de Bachelor au sein du Musée.




Vernissage de Pomme One – deuxième session

Ce mardi 24 novembre s’est déroulé la deuxième session de présentation de Pomme One aux contributeurs qui n’ont pas pu être présents au vernissage officiel.

Quelques photos de cet événement


Pomme One fait son cinéma à l’avant première du film « Steve Jobs »

Le musée Bolo et l'association aBCM ont eu le privilège de présenter la réplique de l'Apple 1 (Pomme One) lors de l'avant-première européenne du film "Steve Jobs" de Danny Boyle.

Déroulement de la soirée

18:30 - Arrivée des premiers membres de l'aBCM pour la préparation de l'événement. Deux caméras seront installées pour retransmettre la démonstration de l'Apple sur l'écran géant.

19:30 - Interview des intervenants et des spectateurs réalisé par l'équipe (Laura et Didier) de Mac4ever (article et vidéo).

21:00 - Présentation du musée Bolo par Yves Bolognini et démonstration de l'Apple 1 effectuée par Cédric, avec une retransmise en live sur l'écran géant de la salle 2 du complexe Cinétoile de Malley.

21:15 - Début de la projection du film

https://youtu.be/aEr6K1bwIVs

23:00 - Reprise de la démonstration de l'Apple 1 et séance de questions/réponses avec les spectateurs jusqu'à 00:00.

Même le décor de la salle 2 était adapté à l'événement.


Les médias parlent de notre projet « Pomme One »

Plusieurs médias (presse, blogs, chaînes TV) ont évoqué notre projet «Pomme One».

2015-09-21_152951

La liste exhaustive est mise à jour en temps réel sur cette page.


Vie du musée - Soirée du 25 août 2015

Nouvelle soirée chargée en activités diverses pour les mardistes de l'aBCM.

Préparation de l'événement "Numerik Games" qui aura lieu le 5 septembre 2015 à Yverdon.

Réparation d'un magnétophone pour notre Apple 1.

Prototype 1:3 du boitier de la réplique de l'Apple 1.

Assemblage de l'alimentation de l'Apple 1.

 

 


Organisation des visites des locaux du musée Bolo

Les premières visites personnelles des locaux de stockage ainsi que du musée Bolo aux contributeurs du projet "Pomme One" ont démarré.

Ce dimanche, c'est au tour de Nicolas et de Jean-Michel de nous rendre visite, et c'est avec grand plaisir que Varen et Didier de l'association aBCM les ont accueillis au sein du musée Bolo.


SCITAS revit des heures de gloire grâce au Musée Bolo et à l'aBCM

Auteur de l'article : Vincent Keller, Scientific IT and Application Support (SCITAS), EPFL


Février 1986, une date qui restera dans l'Histoire de l'EPFL. Ce qui était alors le SIC (Service Informatique Central) réceptionnait un CRAY-1, le premier d'une longue série (CRAY-2, CRAY YMP EL, CRAY YMP 4E, CRAY YMP M94, CRAY T3D, CRAY J90se) acquise par l'EPFL. La machine mythique pensée et développée par le génial Seymour Cray allait projeter l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne dans l'ère du calcul scientifique de pointe en Europe et dans le monde.

Pour accéder à une telle machine, il s'agissait d'installer des terminaux dans les bureaux des «opérateurs». Lors du déménagement de l'actuel DIT dans ses nouveaux locaux du fait de la nouvelle réorganisation VPSI, l'un de ces terminaux originaux – un Ampex 230+ labellisé CRAY Research – a été retrouvé et offert à SCITAS, le lointain descendant du Service Informatique Central de la fin des années 80.

Après un nettoyage complet, le terminal a été reconnecté à un Raspberry Pi2 acheté pour l'occasion ; deux décennies après son dernier démarrage, la machine fonctionne à merveille. SCITAS tient ici à remercier Christian Zufferey pour son aide à l'installation de la pile matérielle et logicielle (câble série – USB, null modem, émulateur VT100, etc.) pour faire redémarrer le terminal.

Pour être complètement identique au terminal d'un CRAY-1, encore fallait-il lui connecter une imprimante «dot matrix» contemporaine. Où trouver, en 2015, une imprimante des années 80 susceptible de fonctionner, aujourd'hui en 2015? Dans les collections du Musée Bolo évidemment! C'est donc par un froid samedi matin de mars que j'avais rendez-vous avec le toujours sympathique Varen Casoli dans l'un des locaux de stockage du Musée. A l'heure exacte du rendez-vous, je vois sortir Varen tout poussiéreux d'une montagne de vieux écrans et de machines endormies depuis trop longtemps et qui me tend un morceau de plastique. S'il ne me l'avait pas défini, ce morceau de plastique m'aurait plus fait penser à un déchet à destination de TRIDEL qu'à une imprimante 8 aiguilles.

papier

Il a fallu un samedi après-midi presque complet pour démonter l'engin, nettoyer soigneusement chacune des pièces, enlever les feuilles séchées, les restes de papiers et les insectes morts, et remonter l'imprimante pour la tester le jeudi suivant. En effet, ne manquait plus qu'une rame de papier «listing», le fameux papier infini avec ses bandes de trous caractéristiques de chaque côté, pour que le test soit mené à bien. C'est chez Viking, une entreprise située à Lenzburg dans le canton d'Argovie, que j'ai trouvé mon bonheur.

Jeudi 17h, l'imprimante fut chargée de papier, connectée au terminal CRAY et enclenchée. Une rapide recherche du «how to print from your Ampex 230+» dans le mode d'emploi original a suffit pour faire crépiter la splendide KDC FT-5001 estampillée «Logitec GMBH». Out-of-the-box!

imprimante

La morale de cette histoire est assez évidente. Au moment où l'on entend beaucoup parler d’obsolescence programmée, où la connectique n'est plus compatible d'un modèle à l'autre et où il s'agit d'avoir une bibliothèque de drivers pour faire fonctionner un simple scanner, du matériel vieux de trente ans fonctionne sans la moindre configuration comme s'il venait d'être acheté.

Je tiens à remercier l'aBCM pour m'avoir prêté cette imprimante. Que les Amis du Musée Bolo se rassurent, ils retrouveront leur imprimante dans un état impéccable très prochainement. Et du côté de SCITAS, on continuera à programmer des terminaux sur 24 lignes de 80 colonnes pour le plaisir, comme à l'origine!


Projet "Pomme One" financé!

Merci aux 34 contributeurs!

2014-12-28_124819

Objectif du projet

L'association aBCM s'est lancé dans l'aventure du financement participatif afin de financer la construction d'une réplique fonctionnelle du tout premier ordinateur d'Apple, l'Apple-1. Cette réplique sera présentée aux visiteurs du musée Bolo.

Le 27 décembre 2014 à 12h00, ce projet s'est terminé et a même dépassé son objectif initial. En effet, il a réuni la somme de CHF. 5'044.-- sur le site WeMakeIt.

L'avancement du projet sera visible sur la page dédiée de notre site.


Tweet émis par le CERN

Tweet émis par le CERN, plus de détails sur l'origine de ce tweet dans les jours qui suivent.

https://twitter.com/thefirstwebsite/status/379876692967575552